« Dieu enverra à la communauté musulmane à la tête de chaque siécle , quelqu’un qui rénovera pour elle sa religion » (Abû Dâ ûd)

TENTATIVE D’ANALYSE D’UN SYSTEME AU SERVICE D’ALLAH

Cheikh Mohamadou Saidou BA (RTA) hérita après la disparition de son maître Seydi Aladji ALY une forte communauté de fidèles musulmans à former et à éduquer autour des principes de la Sunna et du Tijaniyya.

La création du village de Médina Gounass en 1935 marqua justement le point de départ de cette mission.  Il lança son plan stratégique de renforcement de la foi religieuse, de conquêtes de nouveaux fidèles musulmans et d’adeptes de la Tijaniyya.

Ce plan s’articule autour de trois points : l’instruction, la consolidation de la Sunna, l’institution de daakas (retraits spirituels) et voyages spirituels.

1ére Etape : L’instruction 

Le Cheikh a crée 65 villages à travers la sous région Oust Africaine dont 51 au Sénégal. Dans chaque village, le saint homme édifiera une mosquée et un lieu d’enseignement du Coran. Ses adeptes par milliers seront ainsi formés à la mémorisation, puis à l’explication du Saint Livre et au droit musulman.

Les jeunes envoyés dans les différents centres d’enseignement coranique, de retour dans leurs villages servirent de relais en transmettant le savoir acquis ainsi que le modèle de vie du guide à leurs concitoyens restés sur place. Ils jouèrent un rôle essentiel dans l’accroissement de l’enseignement islamique au Sénégal et dans la sous région.

2éme Etape : La consolidation de la Sunna 

L’Islam fut introduit au Sénégal à partir du 7éme siècle par des commerçants arabes. Force est de reconnaître cependant, que la longue tradition islamique du pays n’a pas totalement fait disparaître certaines coutumes païennes (tiédo)  dans le quotidien des populations. Cheikh Mohamadou Saidou fustigeait ce syncrétisme religieux. C’est ainsi qu’il prit la décision de mener une « guerre » sans merci contre ces pratiques dangereuses pour l’Islam.

Le marabout entreprit d’expérimenter chez lui à Medina Gounass une organisation de vie basée autour de la sunna prophétique (mariage, baptême….). Cette mode de vie fut d’abord exportée vers les autres villages satellites de la cité religieuse pour ensuite s’étendre à travers le monde.

3éme Etape : Daakas et voyages religieux 

Les daakas (retraits spirituels) furent institués par le chef religieux pour permettre à l’ensemble des fidèles de sa communauté de se retrouver dans la fraternité en Islam pour adorer le Seul qui mérite l’adoration : ALLAH (SWT).

Ces regroupements sont aussi une manière d’éduquer le fidèle au renoncement, au combat contre la vanité et l’orgueil.

Ils se tiennent justement, dans la brousse à une dizaine de kms de la cité religieuse : Medina Gounass. Après quelques années de pratique, Thierno entreprit de le multiplier à travers le monde pour permettre à tous les fidèles musulmans de bénéficier des retombées immenses de cette forme d’adoration divine.

C’est dans le même sillage qu’il entreprit de voyager à travers l’Afrique pour porter le message de l’Islam.

Ses fils : Thierno Mansour BARRO et Thierno Amadou Tidiane BA continueront son œuvre en se rendant en Europe et en Amérique pour instituer des daakas (Daaka de Mantes la Jolie en France ), inaugurer des mosquées et accueillir de nouveaux fidèles musulmans et adeptes Tijane.

Ce système se repose essentiellement sur les qualités immenses de communicateur, de visionnaire et de pédagogue d’un homme : Thierno Mohamadou  Saidou (RTA).

Nous reviendrons justement sur ces qualités à travers une analyse des « batuji sunna » ; exposés sur l’Islam et son mode de vie qu’il animait lui-même et qu’on peut écouter aujourd’hui via CD ou cassettes audio.