6563279-9898896La lecture du saint Coran occupe les pèlerins au « daaka » de Médina Gounass. A la fin de la prière matinale suivie du « wird wasifa » ainsi que des causeries des guides religieux, les fidèles se retirent dans leurs « daaka » respectifs pour procéder au récital du livre saint.

Le « daaka » de Médina Gounass, c’est aussi le récital du saint Coran. C’est à l’issue de la prière du matin suivie du wird « wasifa » et des causeries que les différents « daaka » se retirent dans leurs appartements pour procéder au rituel. Le « daaka » de Thierno Abdoul Aziz Bâ n’échappe pas à cette règle. Une centaine de disciples se regroupent, chaque jour, dans ce « daaka » du frère du khalife général de la communauté de Médina Gounass.

Seuls les fidèles qui ont mémorisé le saint Coran y sont admis. Dans beaucoup de « daaka », c’est la même ambiance religieuse, en dehors des douze mille « salatoul fatiya », des zikrs recommandés à tout fidèle par jour. Le nombre de récital du Coran varie selon les « daaka ».

A l’issue de la séance, Thierno Amadou Moustapha Bâ, un des membres de ce rassemblement, rappelle que le récital du Coran dans les « daaka » constitue une recommandation du fondateur de la retraite spirituelle, El Hadji Mouhamadou Saïd Bâ. Quant à Thierno Abdoul Aziz Bâ, souligne-t-il, « il le fait en tant que disciple et non fils du guide religieux. La lecture du Coran durant la période du « daaka » constitue une de ses recommandations », avant de revenir sur le sens d’un acte d’allégeance.

Enseignements du fondateur du « daaka »

Thierno Daha Bâ vient de Bababé en Mauritanie. C’est un assidu du « daaka ». Il fréquente le « daara kamil » de Thierno Abdoul Aziz Bâ depuis longtemps. Cette année, il est venu avec un de ses fils, Yahya Bâ, qui a récemment mémorisé le livre saint. Il l’a présenté au frère du khalife général et à l’assistance. « Chaque année, je prends part à ce récital du Coran durant la période de la retraite spirituelle. Je rends grâce à Allah qui m’a gratifié d’un fils mémorisant le saint Coran. Il peut venir dignement m’y représenter aujourd’hui », se félicite-t-il. Après la présentation, Yahya Bâ s’est publiquement prêté à l’exercice en déclamant devant le public des versets coraniques. Pendant cinq minutes, le public a été séduit par sa prestation impeccable. Thierno Abdoul Aziz Bâ n’a pas caché sa satisfaction.

A cette occasion, le guide religieux est revenu sur des enseignements du fondateur du « daaka », Aladji Mouhamadou Saïd Bâ. A son avis, celui-ci rappelait à ses fidèles d’allier la pratique de leur religion au travail, tout en restant dans le pays. « Il ne voulait pas que les disciples aillent à l’aventure et laissent leurs maisons vides », a-t-il expliqué. Pour Thierno Abdoul Aziz Bâ, « il était d’avis que les disciples pouvaient rester au pays en alliant la pratique de leur religion à leurs métiers respectifs ».