«  En vérité la grâce est en la main d’Allah. Il la donne à qui Il veut. La grâce d’Allah est immense et Il est Omniscient. Il réserve à qui Il veut Sa miséricorde. Et Allah est détenteur d’une grâce immense » (Sourate 03 La famille d’Imran, versets 73 et 74 » 

Thierno Mohamadou Saîdou BA (RTA) aura passé sous l’apprentissage de quatre maîtres religieux différents. Nous citerons : Thierno Amadou Moctar ANNE de Nguidjilone (Matam, Sénégal) ; plus connu sous le nom de Thierno Yoro BAAL ANNE, Thierno Hameth Baba TALLA de Thilogne, Thierno Amadou BARRO (père de feu Thierno Mansour BARRO de Mbour) et Thierno Aladji Aly THIAM(père de l’ancien Imam ratib de la grande mosquée de Medina Gounass ; feu Ousmane THIAM).  Parmi tous ces quatre, nous avons choisi de présenter en premier : Thierno Hameth Baba TALLA. Non,  parce qu’il le préférait plus que les autres, mais parce que tout simplement, la tâche de réunir une documentation sur le Saint homme s’est révélée beaucoup plus facile pour nous.

Thierno Hameth Baba TALLA  (1871 – 1935)   Cheikh Mohamed Sadig Baba est plus connu sous le nom de Thierno Hameth Baba TALLA. Il  est issu d’un environnement socio religieux: son père Sidiki Baboukari appartient aux Talla-Koornaabe, marabouts de tradition qui avaient participé à la révolution théocratique de 1776; et sa mère Dieynaba Amadou Safiatou Amadou LY descend de Thierno Mollé Mamoudou connu et respecté pour son savoir islamique et sa piété. Le jeune Hameth dans sa quête du savoir s’était rendu dans l’une des premières écoles de l’époque à savoir celle de NGuidjilone tenue par Thierno Amadou Moctar ANNE plus connu sous le nom de Thierno Yéro Ball .Là il fit connaissance de grandes personnalités telles que Amadou Tidiane WONE de Kaédi, El Hadj Malik SY de Tivaouane, Thierno Baba SALL de Kayes et acquit une solide formation en Fiqh, Tawhid, théologie, philosophie et grammaire. Après NGuidjilone, il se rendit tour à tour à Saint-Louis, Tivaouane et Dakar pour revenir s’installer définitivement en 1908 à Thilogne. D’après certaines sources, Thierno Hameth à son retour ne voulait pas fonder un foyer religieux et ce fut sous l’instigation de son ami Amadou Tidjane WONE et de sa mère qu’il accepta finalement les demandes des différents disciples qui affluaient d’horizons divers. Toutefois, il leur posa certaines conditions :  – De n’enseigner que trois jours dans la semaine – D’avoir la latitude de pouvoir fixer à chaque élève quoi et comment apprendre

– De disposer d’une liberté de choix sur les disciples et la méthodologie à adopter. Ces conditions acceptées par les disciples, Thilogne se transforma rapidement en une célèbre université où plusieurs disciples convergeaient. A ses débuts le foyer de Thilogne s’était spécialisé dans l’enseignement du Coran et de son exégèse (Tapsirou). A chaque mois du Ramadan, Thierno Hameth organisait des rencontres pour commenter le Coran et les hadiths. A ces enseignements dispensés déjà s’ajoutaient plus tard la connaissance des Astres (Ilm Al Falaq), la méthodologie juridique (Usul Al Fiqh), langue et littérature (Al Loughawiyat walAdab) et la psychologie.

Comme dans tous les centres de l’époque, les cours étaient présentés en arabe mais expliqués dans la langue maternelle du maître-enseignant. Thierno Hameth entretenait de relations profondes avec ses contemporains. Toute sa vie durant, il s’était évertué au rayonnement de l’Islam.

De l’école Thierno Hameth sortirent d’éminents marabouts qui continuent de jouer un rôle important dans l’enseignement de l’Islam au Fouta Tooro et dans les contrés de la sous- région. Parmi ceux-ci nous pouvons citer:

– Thierno Mohamed Saidou BA, après avoir passé pendant 8 ans chez Thierno Hameth fonda son propre village qu’il appela Madina Gounass dans le département de Vélingara (Sénégal).

– Thierno Mohamadou Bocar KANE fut un des premiers élèves qui ont fréquenté le foyer de Thilogne. Il avait des relations privilégiées avec son maître.

Il assurera la relève pendant 8 ans et à la suite d’un malentendu qui a eu lieu entre lui et les habitants de Thilogne à propos de l’Imamat, il préféra regagner Kaédi (Mauritanie) où il fonda un foyer religieux à l’image de celui de Thilogne. Il est l’auteur d’un important ouvrage grammatical « Al Minhadj » et d’une élégie du Prophète « Arjou Al Amana ».

Thierno Amadou Oumar SOW (Mali) qui après avoir quitté Thilogne, fonda un foyer à Horé Niwa, sis à 80 km de Kayes (Mali).

– Thierno Amadou Ibrahima DATT de N’Dioum (Sénégal) qui est un ferventTidiani 12 graines. Il avait adressé une véritable déclaration de guerre aux Tidjanes 11graines dans son livre intitulé « Kachf Al Ghida’a A’ma Fihi Al Yaa Ghoubiati Min Al Khata’a » en 1925.

Sources  Racine Oumar N’DIAYE, Le rôle du Fouta Tooro dans l’Enseignement, l’Essor de
la Civilisation et de
la Pensée Islamique: le Foyer de THILOGNE dans la longue durée MASADIR : Cahiers des Sources de l’Histoire de
la Mauritanie, n°4, 2004, pp. 39-