islamcompagnon

Nous avons dernièrement évoqué la biographie de Sa’d ibn Abi Waqqas (qu’Allah l’agrée). Nous allons à présent nous pencher sur la vie de deux compagnons promis au paradis.

Sa’id ibn Yayd (qu’Allah l’agrée) et Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah (qu’Allah l’agrée) font partie des dix compagnons auxquels le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a promis le Paradis. Ils avaient une précieuse place aux yeux de l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam) et ont fait preuve de courage tout au long de leur vie. Il nous semble important d’évoquer ces compagnons (qu’Allah les agrée) en nous appuyant sur « Histoires des compagnons et des pieux prédécesseurs » écrit par Ibn Al Jawzy (qu’Allah lui fasse miséricorde).

Sa’id ibn Yayd et ses invocations exaucées

Ce compagnon (qu’Allah l’agrée) a un ancêtre commun avec le Prophète (‘alayhi salat wa salam) en la personne de Ka’b ibn Luayy. Il était l’époux de Fatima bint al-Khattab, la sœur de ‘Umar (qu’Allah l’agrée). Il se convertit très tôt et était reconnu par ses invocations qui étaient toujours exaucées. En effet, ‘Urwa rapporte que Arwa bint Aws demanda l’aide de Marwan contre Sa’id (qu’Allah l’agrée) en affirmant : « Il a empiété sur mon terrain ». Sa’id (qu’Allah l’agrée) répondit de la manière suivante : « Ô Allah ! Si elle ment, enlève-lui la vue et tue la sur sa terre. » C’est ainsi qu’elle perdit la vue. Puis, un jour qu’elle marchait sur son terrain, elle tomba dans un trou dans lequel elle mourut. Ce récit nous prouve que les invocations de Sa’id ibn Yayd (qu’Allah l’agrée) étaient exaucées.

Sa’id ibn Yayd (qu’Allah l’agrée) décéda à al-‘Aqiq, à la suite de quoi on le transporta à Médine où il fut enterré. Qu’Allah lui accorde Son agrément.

Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah, « un homme de confiance »

Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah (qu’Allah l’agrée) a effectué toutes les batailles aux côtés du Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). C’est ainsi que durant la bataille d’Uhud, il enleva avec sa bouche les deux anneaux qui s’étaient enfoncés dans les joues de l’Envoyé d’Allah (‘alayhi salat wa salam). Il y perdit ses incisives et fut donc, « le plus bel homme aux dents cassées ».

Abu ‘Ubayda (qu’Allah l’agrée) était également considéré comme un homme de confiance par le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). En effet, selon Anas (qu’Allah l’agrée), le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Certes, chaque communauté a un homme de confiance et le nôtre, Ô Communauté, est Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah. »(Rapporté par Al Boukhari et Muslim). Ce compagnon était donc apprécié comme un homme de confiance macha Allah.

Cette qualité était d’ailleurs propre à Abu ‘Ubayda (qu’Allah l’agrée) si bien que ‘Umar ibn al-Khattab (qu’Allah l’agrée) dit à ses compagnons : « Faites des vœux ! » Un homme répondit : « Je souhaiterais posséder cette demeure et qu’elle soit remplie d’or que je dépenserais dans la voie d’Allah ! » ‘Umar (qu’Allah l’agrée) répéta : « Faites des vœux ! » Un autre déclara : « J’aimerais posséder cette demeure et qu’elle soit pleine de perles, de chrysolites ou de pierres précieuses, que je dépenserais dans la voie d’Allah. » Il répéta une troisième fois : « Faites des vœux ! » Les compagnons répondirent : « Nous ne savons pas, ô Commandeur des Croyants. » ‘Umar dit alors : « Je désirerais posséder cette demeure et qu’elle soit remplie d’hommes de la trempe de Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah, à qui je confierais les provinces. » Cela nous prouve l’importance et la valeur qu’avait ce compagnon aux yeux des autres compagnons (qu’Allah les agrée), en particulier auprès de ‘Umar ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée).

Abu ‘Ubayda (qu’Allah l’agrée) avait des paroles sages telle que : « Maint homme blanchit ses vêtements et souille sa religion ; maint homme honore son propre être et l’humilie. Hâtez-vous, qu’Allah vous fasse miséricorde, de confronter vos mauvaises œuvres du passé par de nouvelles bonnes œuvres. En effet, si l’un de vous commet autant de mauvaises actions, qui s’étendent de la terre au ciel, puis fait une bonne œuvre, celle-ci dominera ses méfaits, au point de les subjuguer. – dans une autre version : jusqu’à les submerger. » Ce fidèle compagnon (qu’Allah l’agrée) a également dit : « L’exemple du croyant est semblable à un oiseau qui se retourne tant et tant de fois par jour. » On peut constater à quel point ses paroles sont pleines de sagesse et de profondeur macha Allah.
Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrah (qu’Allah l’agrée) mourut d’une épidémie de peste, qu’Allah le couvre de Sa Miséricorde.

Qu’Allah accorde Son agrément et Sa Miséricorde aux compagnons de Son Messager (‘alayhi salat wa salam). Qu’Il fasse de nous des serviteurs dignes de confiance et nous permette d’atteindre la piété.